Le système digestif assimile notre nourriture pour permettre d’alimenter le corps en nutriment essentiel pour le bon développement. Ce système est composé de plusieurs éléments : la bouche, le larynx, le pharynx, la trachée, l’estomac, l’intestin grêle, le gros intestin, le colon puis l’anus. Bien que ce système peut sembler indépendant, les différents éléments qui le compose sont interconnectés avec une multitude d’autres organes du corps.

S’alimenter n’est pas qu’une affaire d’estomac

En effet, bien que la bouche avec la mastication des aliments soit une action que l’on contrôle. Tout l’activation et le bon déroulement du reste de circuit est contrôlé par notre système dit autonome. Le système nerveux autonome permet d’innerver de manière automatique nos organes par reflexe. Ce système nerveux est divisé en 2 groupes avec le système nerveux parasympathique qui mets le corps en état de repos et le système nerveux sympathique qui contrôle les organes quand le corps est en état de stress.

De cette manière, le système nerveux autonome intervient dans la gestion de différents éléments du corps comme : la tension artérielle, du rythme et de la fréquence cardiaque, de la production de fluides corporels, de la dilatation des pupilles, … En outre, il intervient dans la gestion de la vessie, des sphincters et des intestins. Le système nerveux sympathique est régi par des neuromédiateurs adrénergiques comme l’adrénaline. Au niveau des organes cela créée une augmentation de la fréquence cardiaque, une relaxation de la vessie, une libération de glucose par le foie. Cependant, l’adrénaline par l’intermédiaire de ces afférences nerveuses sympathiques, créée un ralentissement du péristaltisme digestif au niveau des intestins. A l’inverse, le système nerveux parasympathique fonctionne par l’intermédiaire d’autres neuromédiateurs tels que l’acétylcholine. Ici, les afférences nerveuses parasympathiques vient à l’inverse entrainer une bradycardie, un myosis mais surtout une augmentation des sécrétions gastriques et une augmentation du péristaltisme intestinale.

Notre digestion est donc directement impactée par notre cerveau, qui en fonction de notre environnement va réagir à des stimuli de l’environnement. Toutefois, le cerveau n’est pas le seul organe lié à ce que notre alimentation.

En effet, les aliments sont assimilés à différentes étapes de la digestion. Dès que nous mettons de la nourriture des premières enzymes présentes dans notre salive agissent pour effectuer une première étape de décomposition de la matière. Ces enzymes sont des amylases. Cette action chimique effectuée par les enzymes est couplée par une action mécanique de nos dents en mastiquant les aliments. Une fois arrivée dans l’estomac, le pH acide et les différents sucs digestifs agissent pour dissoudre les aliments en composé moléculaire pour que les nutriments et autres molécules essentielles puissent passer la barrière intestinale.

En effet, la matière organique ingérer non assimilable par le foie est éjectée de notre corps au moment de la défection. Tout ce qui arrive à passer la barrière intestinale est dégradé et assimilé par le foie afin que les oligo-éléments soit disponible dans tout le corps par l’intermédiaire de la circulation sanguine. Notre digestion est donc directement liée par la qualité des aliments des aliments ingérés (catégorie des apports nutritif : sucre, gras, protéine, vitamine, minéral, …), la quantité et la capacité à être « digérer ». Un aliment va être indigeste s’il prend trop de temps et d’énergie aux différents organes du système digestif pour être assimiler.

 

Problème de digestion : 1 problème mais plusieurs causes possibles…

Comme nous l’avons vu le système digestif est relié à tous les organes importants de notre corps. Le foie pour l’assimilation d’aliment, le cerveau pour le péristaltisme intestinal, etc … De même que la manière de nous alimenter va conditionner, la capacité de notre corps à plus ou moins bien digérer nos apports nutritifs.

Toutefois, notre patrimoine génétique étant différent impact directement aussi notre système digestif. Ainsi, pour optimiser votre digestion renseignez-vous sur les différentes intolérances et maladies qui existent comme les intolérances au lactose, gluten, etc … En effet, ces intolérances sont parfois diagnostiquées que très tardivement car causant des inconforts perçus comme bénin. Il est donc important de bien écouter notre corps et d’être alerte à tout dysfonctionnement métabolique ou toute gène.

 Si vous n’avez aucune comorbidité ou régime alimentaire particulier à suivre, vous pouvez également être sujet d’inconfort. En effet, les aliments riches en graisses sont durs à digérer. A contrario, une alimentation riche en eau et en fibre permet de lubrifier et d’améliorer le péristaltisme intestinal.

 

Des solutions naturelles contre les problèmes de digestions

Bon, même si les repas festifs qui peuvent avoir lieu en famille ou entre amis sont souvent durs à digérer. Toutefois, devons-nous pour autant être victime de nos intestins et jamais nous autoriser aucun cheap meal ? D’autant que comme nous l’avons vu, nous ne sommes pas égaux au niveau de la génétique et certaines personnes peuvent être plus sensible que d’autres à des maux d’estomacs. C’est pourquoi, la terre étant bien faite, il existe énormément de plantes, épices et produits de phytothérapie qui peuvent vous aider.

Les épices ou comment optimiser ses plats

Les épices sont beaucoup utilisés en cuisine pour relever et aromatiser un plat. Toutefois, leur propriété biologique ne s’arrête pas donner du goût. En effet, au même titre que le clou de girofle est réputé pour ses propriétés analgésiques et antalgiques au niveau buccal, beaucoup d’épices ont la propriété d’améliorer la digestion. Aussi, quelques graines d’anis en dessert en aromatisant par exemple une salade de fruit devrait vous aider à mieux digérer votre repas. Il en est de même du poivre noir, de la cardamome, du gingembre, … Toutefois pour conserver toutes les propriétés biologiques de ces épices il est important de les râper ou de les moudre au dernier moment. Aussi, il est plus intéressant d’avoir du poivre en grain moulu juste avant utilisation à l’aide d’un moulin à poivre que d’acheter du poivre déjà moulu.

Les huiles essentielles et les hydrolats : la phytothérapie pour accompagner votre système digestif

Les huiles essentielles et les hydrolats sont les deux produits obtenus par la distillation de plantes aromatiques aux vertus thérapeutiques. A ce titre, ces deux produits contiennent des molécules actives qui peuvent avoir une action biologique ciblée sur votre corps. Il faut tout de même garder à l’esprit qu’il faut être vigilant car bien que composé des mêmes « ingrédients », l’huile essentielle est bien plus concentrée en molécules actives. Ainsi, il faut faire attention car plusieurs prérogatives sont à prendre quant à l’utilisation des huiles essentielles qui ne sont parfois pas tolérés chez les enfants ou chez les personnes prenant des médicaments. Les hydrolats peu alors être une solution envisageable car moins concentré en molécules aromatiques.

Peuvent ainsi être intéressant les huiles essentielles/hydrolats :